Météorite tueuse 

Etats-Unis 

Depuis une vingtaine d'années, quelques géologues et paléontologues essaient d'établir un lien entre météorites et extinctions de masse. Jusqu'à maintenant, seule l'extinction qui a soufflé les dinosaures il y a 65 millions d'années coïncidait avec l'écrasement confirmé d'un bolide céleste.

Mais voilà qu'un impact d'amplitude semblable, beaucoup plus tôt dans l'histoire de la Terre, il y a 380 millions d'années, aurait aussi provoqué une extinction. C'est ce qu'avance Brooks Elwood, de la Louisiana State University, à Baton Rouge, dans la dernière livraison de la revue Science. Dans des roches datant de 380 millions d'années trouvées au Maroc, l'équipe louisianaise a découvert une couche de sédiments ressemblant fortement aux débris d'une explosion cataclysmique. Le sédiment possède des propriétés magnétiques inhabituelles et contient des particules de quartz qui semblent avoir subi un stress extrême. Voilà pour les évidences de l'impact météoritique. On ignore encore où la météorite aurait percuté notre sol, quoiqu'il est bien possible que les traces d'un cratère soient découvertes.

En ce qui concerne l'extinction de masse, les paléontologues ont déjà remarqué qu'environ 40% des groupes d'animaux marins disparaissent du registre fossile à cette époque. Cela suffit à Brooks Elwood pour voir un lien entre les deux faits. Impact après impact, la vie sur Terre n'a pas eu la vie facile, semble-t-il.

Mais Paul Wignall, de l'Université Leeds au Royaume-Uni apporte un bémol. Selon lui, le nombre de disparus au moment de l'impact est loin d'être évident, le pourcentage réel pouvant être bien plus bas que 40%. Seule l'étude approfondie des fossiles pourra nous éclairer sur ce point. Mais il s'agit quand même, ajoute-t-il, d'un pas de plus vers la reconnaissance des impacts météoritiques comme cause d'extinctions dans l'histoire de la vie. 

Joël Leblanc 


Comments

Commentaires fermés