Categories
Partenaires

Le bacille de la peste à découvert 

Royaume-Uni 

Julian Parkhill et son équipe de l'Institut Sanger à Cambridge, au Royaume-Uni, ont décodé l'intégralité des gènes de la bactérie responsable de la peste, Yersinia pestis. Ils publient leurs travaux dans la revue Nature du 4 octobre.

La peste est une maladie très contagieuse, causée par le bacille Yersinia pestis, du nom du chercheur suisse Alexandre Yersin, qui le découvre en 1894. Le bacille pesteux est porté par les puces. La maladie est véhiculée par les rats et se transmet à l'homme par piqûres de puces. Yersinia pestis est la bactérie la plus pathogène chez l'homme car très peu de bacilles suffisent à tuer une personne en quelques jours.

Les chercheurs ont constaté d'après la structure de la bactérie que celle-ci a évolué à partir d'un microbe intestinal bénin, Yersinia pseudotuberculosis, il y a plusieurs milliers d'années. Yersinia pestis a survécu dans le sang et non plus dans l'intestin, en s'emparant de gènes de virus et de bactéries semblables.

Chez l'homme, la peste prend trois formes, bubonique, septicémique et pulmonaire. Une hypertrophie des ganglions lymphatiques ou bubons se développe autour de la piqûre de la puce. L'incubation dure entre un et cinq jours. Dans 20 à 40% des cas, le malade guérit en 8-10 jours. Autrement, la peste bubonique se transforme en septicémie, qui entraîne la mort en moins de 36 heures. Si le bacille s'attaque aux poumons, la contagion se fait par l'inhalation de gouttelettes expectorées par les malades. La peste pulmonaire est mortelle en trois jours, en l'absence d'un traitement précoce et approprié.

La peste a provoqué trois vagues d'épidémies qui ont tué 200 millions de personnes à travers le monde. Entre 1347 et 1351, elle a décimé le tiers de la population européenne. La peste est une maladie ré-émergente dans le monde. La découverte de traitements antibiotiques au vingtième siècle a réduit la mortalité due à la maladie mais ne l'a pas éradiqué. De plus, la bactérie développe des résistances aux antibiotiques. 100 à 200 personnes en meurent encore chaque année.

La prolifération d'armes de destruction massive utilisant la génétique et le génie bio-moléculaire ne fait plus partie du domaine de la science-fiction. La communauté internationale prend très au sérieux la prolifération d'armes biologiques. Au palmarès des maladies susceptibles d'être propagées, la peste bubonique arrive en troisième position derrière l'anthrax, maladie bactérienne mortelle en deux ou trois jours et la variole, mortelle dans 30% des cas. 

Aurélie Deléglise 


Comments

Commentaires fermés