Nobel de physique et de chimie : le triomphe de la mécanique quantique 

États-Unis, France 

Le téléphone a sonné au milieu de la nuit chez le physicien américain Robert B. Laughlin. Qu'importe le réveil brutal, la nouvelle en valait la peine : il venait de gagner le prix Nobel de physique!

Il partage la récompense suprême avec deux autres physiciens: l'Américain Daniel C. Tsui et l'Allemand Horst L. Stoermer.

Les trois chercheurs, tous rattachés à des universités américaines, ont découvert que des électrons soumis à un puissant champ magnétique et à de très basses températures forment un nouveau type de particules subatomiques qui se comportent comme un fluide. Ces "fluides quantiques" ont des propriétés communes - comme la superfluidité.

"C'est rien de moins qu'un nouvel état de la matière condensée qu'ils ont découvert", a déclaré Mansour Shayegan, un collègue de Daniel Tsui à l'Université Princeton.

Cette percée pourrait éventuellement permettre de fabriquer de plus petites composantes électroniques et de développer des ordinateurs avec davantage d'espace-mémoire, utilisant des électrons dans un état altéré.

Le prix Nobel de chimie est allé à l'Autrichien Walter Kohn et au Britannique John Pople.

Kohn, 75 ans, a développé une théorie qui simplifie la description mathématique du lien qui unit les atomes formant des molécules.

Son approche permet d'estimer le nombre d'électrons situés en tout point d'une molécule, plutôt que de tenter d'établir le mouvement de chaque électron, autour de chaque atome d'une molécule. Elle permet donc aux scientifiques d'étudier des grosses molécules, autrefois trop complexes à analyser.

John Pople a pour sa part développé un modèle informatique pouvant décrire des structures moléculaires. Il permet de modéliser des réactions chimiques trop difficiles à recréer en laboratoire.

Tous les travaux primés portent sur la mécanique quantique, une théorie physique qui décrit l'état des particules subatomiques.

Les gagnants de chaque discipline se partageront un prix de 978,000$.
 

Anne-Marie Simard 


Comments

Commentaires fermés