Categories
Partenaires

Contrôler un ordinateur par la pensée 

États-Unis 

Vous souvenez-vous d'Uri Geller, cet étrange individu qui, par un simple froncement de sourcils, pouvait déformer une fourchette et envoyer promener des objets à travers la pièce? Vedette médiatique des années 70, le «télékinésiste» était –on le sut par la suite - un fumiste.

Croyez-le ou non : l'expérience vient d'être répétée, cette fois dans la très sérieuse Université d'Emery à Atlanta, aux États-Unis. Deux personnes totalement paralysées sont arrivées à contrôler un ordinateur par la seule force de leur pensée. En déplaçant le curseur sur différents icônes, les patients ont réussi à faire prononcer par la voix artificielle de l'ordinateur des phrases comme «j'ai soif» ou «s'il vous plait, éteignez la lumière».

En fait, c'est un peu plus compliqué que ça. Les chercheurs ont implanté de minuscules électrodes dans la partie du cerveau des cobayes qui gouverne le mouvement. Les implants sont composés de deux minuscules cônes de verre creux, de la taille d'une pointe de stylo bille, qu'ils ont enduit d'une substance qui a la propriété de favoriser la croissance des cellules nerveuses. Durant plusieurs mois, les neurones se sont infiltrés à l'intérieur des cônes et se se sont connectés aux microscopiques électrodes. Les signaux cérébraux captés par les électrodes sont transmis à l'ordinateur dans le but de faire bouger le curseur. Il suffit aux patients de penser à mouvoir un membre pour que le curseur se déplace.

Ne sachant pas très bien quels types de neurones se sont faufilés dans chaque cône, les chercheurs ont du faire quelques tests. Demander par exemple au cobaye de penser à bouger la jambe droite, le bras gauche, etc. jusqu'à ce que le curseur se déplace! «Contrôler le curseur devient rapidement une seconde nature», affirme le docteur Roy Bakay, qui prévoit qu'il faudra encore plusieurs années avant que ses implants permettent de transmettre des commandes complexes.

 

Anne-Marie Simard 


Comments

Commentaires fermés