Un opposant aux aliments transgéniques injustement blâmé par son employeur 

Grande-Bretagne 

Troublante histoire : un chercheur britannique qui avait sonné l'alarme contre les aliments transgéniques a été injustement discrédité et mis à pied. L'été dernier, au terme d'une étude de 3 millions de dollars, Arpad Pusztai, du Rowett Research Institute (RRI) d'Aberdeen, a conclu que les rats nourris avec des pommes de terre modifiées génétiquement souffraient de divers problèmes de santé. Devant les médias, il avait déclaré qu'il ne mangerait pas lui-même d'aliments transgéniques et qu'il trouvait injuste que l'on « utilise les citoyens comme cobayes ». Deux jours plus tard, son employeur le mettait à pied de façon humiliante, l'accusant d'avoir frauduleusement interprété les résultats de sa recherche.

Une équipe d'experts venus de 13 pays différents vient de se pencher sur les travaux du docteur Pusztai. Elle conclut que le chercheur n'a pas commis de faute professionnelle et que ses conclusions étaient fondées. Elle blâme aussi le RRI de l'avoir injustement accusé. Les experts vont plus loin, affirmant que les tests sur les aliments transgéniques sont insuffisants et que l'on devra tôt ou tard les soumettre aux mêmes épreuves que les médicaments. Des parlementaires britanniques, se saisissant de l'affaire, ont réclamé un moratoire de trois ans sur ces aliments, proposition aussitôt rejetée par le ministre responsable.

L'étude d'Arpad Pusztai a révélé que les rats nourris pendant 10 jours avec des pommes de terre transgéniques voyaient leur système immunitaire s'affaiblir, tandis que certains organes, comme le foie, la rate ou le cerveau, se développaient de manière anormale.

Bien qu'elle ne soit pas très fréquente, la culture de la pomme de terre transgénique est autorisée au Canada. La culture du maïs et du soya transgénique, par contre, est très répandue. Certains de ces produits se retrouvent dans l'alimentation humaine. La sûreté de ces aliments fait l'objet d'une intense controverse scientifique. 

Philippe Gauthier 


Comments

Commentaires fermés