Sauvée des eaux 

France 

C'est le premier cercueil en bon état retrouvé par les scientifiques de l'atelier de conservation de Grenoble, ART Nucleart. Une trentaine d'autres sépultures moins bien conservées ont déjà été déterrées. Cette nécropole gauloise a été mise au jour en 2001, sur un chantier de construction, près du centre-ville.

Les chercheurs ont extrait un squelette dont les os étaient quasiment incrustés dans le cercueil de bois. Ce dernier doit être transporté à l'atelier, à Grenoble, où il subira un traitement de conservation. Les techniciens tenteront de reconstituer sa structure en bois gorgée d'eau, à l'aide d'une résine. En effet, le bois qui a été immergé se déforme en séchant.

Spécialisé dans la restauration des bois gorgés d'eau, comme les objets provenant de fouilles subaquatiques, ARC-Nucléart travaille aussi sur d'autres matériaux. Il a notamment traité des objets en cuir trouvés sur le Titanic.

Selon Jean-Jacques Schwien, ingénieur au service régional d'archéologie de la Direction des affaires culturelles de Franche-Comté, c'est la première fois qu'on trouve des corps dans des enveloppes funéraires en bois. Car à cette époque, on avait l'habitude d'incinérer les morts.

Les historiens auront également à élucider un autre mystère. Celui de la présence de ces sépultures à l'extérieur de la cité. Car selon les traditions passées, le monde des vivants cohabitait avec celui des morts. 

Aurélie Deléglise 


Comments

Commentaires fermés