Categories
Partenaires

Enfin propres ! 

Canada 

En direct du 71 ème Congrès de l'ACFAS

« Attention, quand vous vous rendez à l'hôpital pour un examen médical : sachez que nous ne pouvons pas stériliser un endoscope aujourd'hui. Il y a déjà eu des contaminations de patients par des bactéries mal nettoyées…» Cette mise en garde ne provient pas d'un médecin, mais d'un physicien spécialiste de la physique des plasmas. Michel Moisan, de l'Université de Montréal, a présenté une technique toute récente de stérilisation des appareils médicaux au 71ème Congrès de l'ACFAS.

« Pour éliminer toute sorte de vie, la stérilisation conventionnelle utilise la chaleur ou des composés chimiques comme le glutaraldéhyde ou l'oxyde d'éthylène pour éliminer les spores bactériennes. Les procédés sont efficaces, mais chacun a ses défauts : les polymères ne supportent pas la chaleur et les produits chimiques sont cancérigènes ou explosifs". Surtout, nous ne savons pas faire face à de nouveaux problèmes : les prions, qui résistent à n'importe quelle tentative de dégradation pour l'instant, et les biofilms, eux aussi très résistants.

Les plasmas sont peut-être la solution. Dans un plasma, la matière n'est ni solide ni liquide ni gazeuse mais dans un état dit « ionisé ». « On obtient facilement des plasmas en laboratoire en envoyant des décharges électriques vers un gaz que l'on veut transformer », explique Yassine Kabouzi, physicien dans l'équipe de Michel Moisan.

Les chercheurs ont installé une colonie de bactéries dans une cuve remplie d'un mélange d'azote et d'oxygène, des gaz peu cher, non nocifs pour l'environnement et très stables. Ils ont séparé les molécules puis les ont excitées au moyen d'une décharge électrique de façon à transformer le gaz en plasma. Résultat : les bactéries ont été complètement éliminées en moins d'une heure, une durée inférieure à celle d'une stérilisation classique. « Ce sont les photons, très nombreux dans un plasma, qui ont fait le travail de nettoyage en cassant les molécules d'ADN des bactéries », explique Michel Moisan. A en croire son inventeur, la technique n'a que des avantages : contrairement à une lampa à UV classique, qui ne peut pas éclairer partout, la stérilisation par plasma permet de nettoyer les moindres recoins de n'importe quel appareil, notamment un long tube d'endoscope. Et c'est sans dommage pour les matériaux.

Une demande de brevet a été déposée. Restera ensuite à étudier l'efficacité de la technique pour l'élimination des prions et des biofilms. « La prochaine étape », conclut le physicien. 

Isabelle Cuchet 


Comments

Commentaires fermés