Categories
Partenaires

Quand une espèce menacée en menace une autre 

États-Unis 

Il ne reste plus que 600 à 700 renards de San Clemente. Et pourtant, même s'ils sont menacés d'extinction, ils sont activement chassés par les biologistes chargés de les protéger. Car l'une de leurs proies favorites est une pie très rare, dont il ne reste que 13 individus en liberté. Faut-il tuer des renards pour sauver les pies? Ou alors, faut-il laisser disparaître les pies pour améliorer les chances des renards? Un dilemme inextricable.

L'île de San Clemente, au large de la Californie, abrite des installations militaires américaines. La marine y dépensera 2,3 millions de dollars américains cette année pour tenter de sauver la pie. Mais c'est peut-être une cause perdue. Les renards portent déjà tous un collier qui leur administre un choc électrique lorsqu'ils approchent du bosquet d'arbres où nichent les pies. Mais sans résultat.

On a donc décidé de tuer tous les renards qui s'aventureront dans le « zone interdite » une seconde fois. Déjà, 15 renards ont été tués (sur un quotas de 50) et 8 autres capturés et envoyés dans des zoos. Et les biologistes hésitent à persévérer dans cette voie. Mais les jeunes pies seront bientôt en âge de quitter le nid. Elles seront alors très vulnérables.

Il faudra donc peut-être rétablir la peine capitale pour les renards fautifs. Ou alors, les capturer et les garder en captivité jusqu'à ce que les pies soient parvenues à l'âge adulte. 

Philippe Gauthier 


Comments

Commentaires fermés