Categories
Partenaires

Rosetta, le vrai départ 

La sonde européenne Rosetta a quitté le Centre spatial de Kourou en Guyane française à 4h17, heure locale (cette nuit à 2h17 heure de Montréal). La fusée Ariane-5 a placé Rosetta sur une trajectoire autour du Soleil pour un long voyage de dix ans jusqu'à son objectif final, la comète Churyumov-Gerasimenko.

À une altitude de 173,4 kilomètres, la fusée a éteint et largué son moteur principal. Elle a effectué une fois et demi le tour de la Terre en un peu moins de deux heures en utilisant la gravitation. Ariane-5 a ensuite mis en route le moteur de l'étage supérieur pour échapper à la force d'attraction de la Terre. Environ 18 minutes plus tard à 1364,3 kilomètres, Rosetta s'est séparée de son lanceur.

La sonde est propulsée par énergie solaire grâce à deux panneaux géants de 32 mètres d'envergure. Elle s'éloigne actuellement de la Terre à une vitesse de 3,4 km/s, selon le Centre de contrôle des satellites de l'Agence spatiale européenne à Darmstadt (Allemagne) qui assure les commandes du reste du périple. Au cours de son trajet, Rosetta observera divers astéroïdes. Elle passera à 200 km de la planète Mars. Comme aucun véhicule spatial ne peut conduire la sonde directement sur sa cible, elle devra utiliser par quatre fois la force d'assistance gravitationnelle de la Terre et de Mars pour récupérer un surplus d'énergie et se propulser vers la comète. En août 2014, Rosetta devrait se mettre en orbite autour du noyau de Churyumov-Gerasimenko, à 25 km d'altitude.

En plus de son atterrisseur Philae, Rosetta emporte 165 kg d'instruments scientifiques. L'ensemble du projet aura coûté un milliard d'euros. C'est la première fois qu'un engin spatial pourra s'ancrer sur le noyau de glace d'une comète et l'étudier. Il devrait d'ailleurs assister au « réveil » de la comète lorsque celle-ci s'approchera du Soleil en octobre 2015.
 

Isabelle Masingue 


Comments

Commentaires fermés