Categories
Partenaires

Lancement d'une lune artificielle 

Canada 

Dans la case du 9 novembre 1998 de votre agenda - en-dessous des classiques "Appeler x" et "Rendez-vous avec y" - il faudra inscrire: "Regarder le ciel". Ce jour-là, en effet, une "lune artificielle", 5 à 10 fois plus brillante que la vraie, flottera - entre autres - au-dessus des villes de Québec, Calgary, Winnipeg et Vancouver. Les résidents de Montréal, Ottawa et Edmonton devraient aussi réussir à l'apercevoir. Observé à l'oeil nu, l'objet céleste sera environ deux fois moins gros que l'astre nocturne.

Il s'agit en fait d'un gigantesque "miroir" spatial qui effectuera ce jour-là 16 révolutions autour de la Terre, avant d'aller brûler dans l'atmosphère. Le vaisseau spatial, baptisé Znamya 2,5, réfléchira la lumière du Soleil vers la Terre, exactement comme le fait la Lune.

Le but ultime de l'expérience consiste à illuminer le ciel nocturne, celui par exemple des villes nordiques de la Sibérie - une pratique qui pourrait permettre d'éliminer le recours à l'éclairage de rue.

Le coût estimé de l'opération? 100 millions $!

Les scientifiques russes responsables du projet en sont à leur seconde tentative. En 1993, ces derniers avaient déployé dans l'espace le voilier solaire Znamya 2. Grâce à ses réflecteurs très minces et légers, ce type d'engin pourrait éventuellement se servir de la pression de la lumière solaire - et non du vent solaire, comme on a tendance à le croire - pour se propulser. Une telle application pourrait s'avérer très utile lors d'éventuels voyages interplanétaires - on sait que les quantités de carburant requises pour des telles missions en compromettent la faisabilité.

Éventuellement, les Russes aimeraient déployer une constellation de plusieurs centaines de vaisseaux réfléchissants - chacun 100 fois plus brillant que la pleine lune - pour éclairer les longues nuits hivernales de Sibérie.

Le projet soulève beaucoup de doutes - entre autres parmi les écologistes, qui craignent pour l'équilibre des écosystèmes. Placé en basse orbite autour de la Terre, l'engin passera cependant très vite au-dessus d'un point - à peine une minute. Assez pour avoir un impact sur la faune et la flore?

Et puis, côté éclairage, que fait-on quand le ciel est couvert?

 

Anne-Marie Simard 


Comments

Commentaires fermés