Categories
Partenaires

La décontamination par les plantes 

Québec 

Les plantes démontrent de plus en plus leur utilité pour restaurer les sols faiblement ou modérément contaminés par des substances toxiques. Environnement Canada vient d'ailleurs de lancer Phytorem, une base de données électronique de plus de 700 plantes, lichens, algues et champignons qui ont fait leurs preuves dans l'accumulation de 19 métaux différents. Parmi les espèces les plus utiles, notons le tournesol, l'herbe à poux, le chou et la moutarde.

La décontamination par les plantes porte un nom : la phytorestauration. Elle repose sur l'idée que les plantes, tout comme les humains, ont besoin de petites quantités de certains métaux pour survivre. Certaines espèces accumulent même de très grandes concentration de métaux, jusqu'à 5% de leur poids sec. En fouillant le sol avec leurs racines, les plantes peuvent donc dépolluer un terrain en quelques années, sans détruire les qualités biologiques du sol, ni imposer de traitements coûteux. Il suffit de récolter les plantes et de les détruire pour éliminer le contaminant.

Les lacs, les étangs et les cours d'eau peuvent aussi être dépollués par cette technique. A l'Île-aux-corbeaux, dans le fleuve Saint-Laurent, par exemple, des algues ont démontré leur capacité à stocker le zinc et le manganèse d'un ancien site d'enfouissement de batteries. La phytorestauration a aussi été utilisée avec succès contre des substances comme le plomb, le mercure, le fer, le cuivre, le cadmium et l'arsenic. 

Philippe Gauthier 


Comments

Commentaires fermés