Nouvelles preuves de l'existence des nanobactéries 

Australie 

Les nanobactéries, vous connaissez? Ce seraient des êtres vivants bien plus petits que les bactéries connues à ce jour. Si petits, en fait, qu'on ne sait pas très bien comment ils arrivent à vivre et à se reproduire. Quoiqu'il en soit, les chercheurs postulaient leur existence depuis 10 ans sans parvenir à les trouver. Grâce aux travaux d'une géologue australienne, c'est maintenant chose faite.

Sa découverte n'est pas très spectaculaire : des filaments qui se multiplient dans un échantillon de vase sous-marine. L'analyse au microscope révèle des structures ressemblant à des spores ou à des bactéries en train de se diviser, mais en beaucoup plus petit (10% de leur taille). La géologue, Philippa Uwins, n'aime pas beaucoup le terme de nanobactérie, préférant celui de nanobe.

On croit qu'en réalité, ces créatures sont l'une des formes de vie les plus répandues sur Terre. Certains chercheurs supposent qu'on leur doit des phénomènes comme la rouille sur le fer ou le vert-de-gris sur le cuivre. On croit aussi qu'elles jouent un rôle dans la formation du calcaire… et des pierres au rein. Les nanobactéries auraient échappé à l'attention des chercheurs jusqu'ici en raison de leur petite taille et de la théorie selon laquelle les bactéries sont les êtres vivants les plus simples qui soient.

La question des nanobactéries est intimement reliée à celle de la vie sur Mars. Les traces de vie que croit voir la NASA dans les météorites martienne sont trop petites pour être de véritables bactéries. On suppose que ce sont plutôt certaines de ces mystérieuses bactéries naines, qui auraient pu se développer en parallèle sur la planète rouge.

(Texte écrit en direct du Salon du livre de Paris)
 

Philippe Gauthier 


Comments

Commentaires fermés