Categories
Partenaires

Un pédiatre? Quelle drôle d'idée!

Françoise Berthoud, pédiatre homéopathe, invite les parents à faire confiance à l’enfant, à la vie et à l’instinct maternel et paternel, qui les guident sans faillir. Son expérience l’a menée à de nombreuses remises en questions sur le rapport médecin-patient, puis sur la médecine telle qu’on la lui a enseignée. Pendant de nombreuses années, elle a pratiqué comme pédiatre dans la campagne genevoise, suivant une démarche holistique. Aujourd’hui, Françoise Berthoud n’exerce plus, mais elle continue son action et ses recherches au sein d’associations. Elle anime des conférences, donne des cours et écrit.

Quand le pédiatre intervient-il ?

Traditionnellement, quand on arrive dans une maternité en Suisse ou dans d’autres pays, les parents doivent avoir un pédiatre pour le futur bébé. Il existe maintenant des consultations prénatales. Les visites mensuelles après la naissance se font pendant six mois, puis elles s’espacent jusqu’à l’âge de 15 ans.

Cette pédiatrie convient de moins en moins aux parents qui se posent de plus en plus de questions et qui ont besoin de véritables informations. Le pédiatre est trop souvent anxiogène et culpabilisant pour les parents. Il abuse de son pouvoir médical et a besoin d’argent. Alors, écouter une maman et lui donner autre chose que des réponses stéréotypées n’est pas au programme.

Quel devrait être son rôle ?

Le véritable rôle du pédiatre est d’informer, d’enseigner et de partager avec les parents son expérience au sujet de la santé de l’enfant et des moyens simples à mettre en œuvre pour la maintenir. Choisir ensemble ce qui convient le mieux en fonction des différentes propositions, prendre en compte la globalité de l’enfant et son environnement. Malheureusement, l’éducation du médecin sur l’écoute et le dialogue est inexistante, puis le temps c’est de l’argent. De plus, l’enseignement de la médecine est celle du corps physique, celle du cerveau gauche, du rationnel et de la logique.

Pourquoi est-il rare que l’enfant ait besoin d’un pédiatre ?

Je pars du principe qu’un être humain est naturellement en bonne santé. Nous avons pourtant perdu cette notion du fait de la médicalisation, de la naissance au dernier soupir ! Nous sommes des êtres humains, pas des êtres médicalisés. Aller tous les mois chez le pédiatre est une attitude de client, de consommateur et de victime. Le reproche que je fais aux médecins, c’est de ne rien savoir sur la santé, ce qui est paradoxal. Ils connaissent beaucoup de choses sur la pathologie et les molécules. Pourquoi ? Car la santé ne fait pas vendre, c’est comme la paix. L’enfant peut avoir besoin d’un pédiatre dans un cas grave, ce qui est heureusement rare. Pour le reste, les parents sont les meilleurs gardiens de la santé de leur enfant.

Comment trouver la cause des maladies ?

Il existe de nombreuses pistes qui permettent d’en trouver la cause. L’important est de chercher à comprendre pourquoi la maladie est là et d’éviter l’attitude de victime face à une maladie qui tomberait du ciel. Ce n’est pas tant de trouver une solution que de chercher qui importe. Quand la mère a confiance en elle, en la vie, elle est la personne la plus apte à savoir ce qui se passe chez son enfant.

Qu’est-ce que la maladie ?

Toutes les maladies infantiles, comme la varicelle ou la rougeole, sont utiles car elles permettent à l’enfant de construire son immunité pour la vie. Pour lui, la fièvre est un moyen de se défendre. Elle permet de tuer le virus. Concernant les autres maladies, toute réaction pathologique peut venir d’un déséquilibre intérieur qui est dû souvent à la tristesse, à de la dépression et à de la frustration. Pour un médecin allopathe, la maladie doit être traitée, combattue et supprimée.

C’est une vision primaire.


Comments

Commentaires fermés